La dénomination au Québec ancien

Claire FrançoiseSoumis tout naturellement aux lois et coutumes de la France de l'Ancien Régime, les habitants de la vallée laurentienne aux XVIe et XVIIIe siècles portaient tous nom et prénom. Les enfants héritaient du patronyme de leur père, et les garçons le transmettaient à leur tour à leurs enfants. Les femmes mariées conservaient leur patronyme de naissance, du moins dans les documents religieux, administratifs ou légaux.

Ces habitudes ont joué en faveur de la généalogie québécoise puisqu'elles facilitent l'identification nominative des personnes. Mais celle-ci se heurte néanmoins à des problèmes pratiques. En effet, l'orthographe n'était pas fixée, et les noms et prénoms pouvaient être écrits de plusieurs façons différentes. Si les prénoms se reconnaissent généralement assez facilement, ce n'est fréquemment pas le cas pour les noms. Le dépouillement de manuscrits anciens pose des difficultés de lecture, plusieurs lettres pouvant être confondues, problème d'autant plus redoutable que plusieurs noms se ressemblent – Boucher et Baucher, par exemple. La majorité des gens étaient illettrés, et leurs noms nous parviennent ainsi par l'entremise d'un intermédiaire et donc soumis aux aléas des prononciations, accents régionaux, etc. S'ajoutent enfin les inévitables fautes de frappe au moment de la saisie informatique.

On ne s'étonne alors pas qu'un nom est susceptible, sinon d'être confondu avec un autre, du moins d'être écrit de nombreuses façons. C'est pourquoi les noms au PRDH sont soumis à une standardisation, c'est-à-dire que chaque nom est représenté sous une forme standard qui regroupe toutes les variations rencontrées pour ce nom dans les documents. Ainsi, le nom Charbonneau est reconnu sous 55 différentes graphies, couvrant variations usuelles – Charbono, Charbonnau, etc. – et erreurs de toutes sortes – Charbonnauu, Cherbonau, etc. Vous pouvez prendre connaissance des graphies associées à chaque nom et de la fréquence de chacune dans les quelque 700 000 actes de la base du PRDH.

Un autre problème de dénomination concerne l'utilisation de surnoms. Ceux-ci abondent dans l'histoire nominative du Québec ancien. Leurs origines sont multiples: surnom militaire, sobriquet lié à une caractéristique physique, lieu d'origine de l'immigrant, noms de fiefs chez les nobles, nom de la mère, prénom du père, etc. Certains remontent à l'ancêtre, d'autres sont introduits par des descendants; certains se transmettent, d'autres pas; certains sont propres à l'ensemble d'une lignée, d'autres ne concernent qu'un sous-ensemble. Bref, on est en présence d'un véritable salmigondis. Du point de vue pratique, il en résulte qu'un individu peut être désigné par un surnom à peu près n'importe quand, sans qu'il soit possible d'énoncer des règles permettant de le prévoir. C'est pourquoi nous avons préparé, à titre informatif, la liste de toutes les associations nom-surnom rencontrées dans les documents antérieurs à 1800. La liste ne tient pas compte de l'ordre du nom et du surnom dans l'acte, la distinction nom-surnom étant souvent imprécise. Ainsi, l'association entre Gauthier et Larouche apparaîtra dans la liste à Gauthier et à Larouche, avec la même fréquence, qui regroupe toutes les occurrences de Gauthier dit Larouche et Larouche dit Gauthier. La fréquence est évidemment l'élément clé qui permet de différencier les associations dont il faut tenir compte de celles qui résultent de raretés ou d'erreurs. Si on exclut les rédacteurs d'acte, l'association entre Hudon et Beaulieu est la plus fréquente, avec 1474 occurrences.

Le palmarès des prénoms

RobertLe choix du prénom chez les catholiques n'était pas laissé au hasard ou à la fantaisie des parents. Au contraire, l'Église tenait à contrôler l'attribution des prénoms pour s'assurer que les enfants recevaient au jour de leur baptême, le prénom d'un saint qui les guiderait tout au long de leur vie. Ainsi, au Québec, Monseigneur de Saint-Vallier stipula dans son Rituel du Diocèse de Québec qui énonçait les règles à suivre pour la rédaction des actes de baptême, mariage et sépulture: "L'Église défend aux Curez de permettre qu'on donne des noms profanes ou ridicules à l'enfant, comme d'Apollon, de Diane, &c. Mais elle commande qu'on lui donne le nom d'un Saint ou d'une Sainte selon son sexe, afin qu'il puisse imiter les vertus & ressentir les effets de la protection auprès de Dieu...". Une liste des prénoms acceptés – 1251 réservés aux garçons et 373 aux filles - est publiée en annexe du Rituel.

Outre une forte saveur religieuse, il résulte de ces règles une forte concentration des prénoms en Nouvelle-France. On y trouve, comme en France de l'Ancien Régime d'ailleurs, une prédominance de Jean et de Pierre chez les garçons et de Marie, Madeleine, Marguerite, Anne et Jeanne chez les filles. Jean-Baptiste et Joseph, cependant, sont plus fréquents dans la colonie; de même, l'engouement pour Marie est plus fort en Amérique alors que Jeanne l'est plus en France. Il est difficile de distinguer les véritables prénoms doubles – ceux qui devraient s'écrire avec un trait d'union – des prénoms juxtaposés, que l'on peut employer l'un sans l'autre. Au PRDH, on y a renoncé, et tous les prénoms ont été séparés en prénoms élémentaires. Ainsi, Jean-Baptiste est composé de deux prénoms au PRDH, Jean et Baptiste, et les recherches nominatives dans la base de données peuvent se faire indifféremment en fonction de l'un ou de l'autre.

Voici, pour chaque sexe, la liste des trente prénoms les plus fréquents chez les quelque 400 000 baptisés avant 1800:

GARÇONSFILLES
RangPrénomFréq.RangPrénomFréq.
1Jean Baptiste22 0111Marie Josèphe18 807
2Joseph21 6162Marie Louise13 115
3Pierre16 6643Marie Anne11 060
4François13 0884Marie Marguerite9 217
5Louis12 0575Marie Madeleine8 812
6Antoine7 8006Marie Angélique8 750
7Charles7 4297Marguerite8 663
8Michel5 6898Marie7 133
9Jacques5 6279Marie Geneviève5 947
10Augustin3 79010Marie Françoise5 695
11Joseph Marie3 61211Marie Catherine5 594
12Jean3 59912Marie Charlotte4 797
13Étienne3 09813Marie Thérèse4 478
14Alexis2 50014Geneviève4 074
15André2 20415Catherine3 250
16Nicolas2 15816Marie Élisabeth3 131
17Jean François2 05417Élisabeth2 631
18Paul1 85418Angélique2 399
19François Xavier1 78219Françoise2 098
20Ignace1 70120Louise2 048
21Jean Marie1 53221Marie Amable1 982
22Gabriel1 53122Madeleine1 765
23Amable1 44323Thérèse1 745
24Toussaint1 02024Charlotte1 686
25Guillaume99525Marie Archange1 685

Vous désirez connaître la fréquence d'un prénom qui n'apparaît pas dans la liste? Inscrivez-le.

Ou si vous voulez voir la liste complète.
On remarque que "Marie" est extrêmement utilisé chez les filles – au total, 145 852 prénoms l'incluent - de sorte qu'il y a probablement lieu de cumuler les prénoms simples qui lui sont associés: "Marguerite" et "Marie Marguerite", par exemple, totalisent ainsi 17 534, ce qui rend mieux compte de la popularité de "Marguerite". Obtenez la fréquence totale d'un prénom donné, selon qu'il était le seul prénom du baptême ou qu'il a été attribué en compagnie d'au moins un autre en l'inscrivant.

Le palmarès des patronymes

Le nom de famille, c'est nous-mêmes. Nous le reconnaissons partout où il se rencontre[...] C'est donc une chose qui nous est chère, puisqu'elle est de nature à réveiller en nous des souvenirs souvent agéables, surtout lorsqu'il est question de sa propre famille.
(Narcisse-Euthrope Dionne, 1914)
Gonthier

Les Canadiens-français descendent d'un nombre relativement faible d'immigrants. Par surcroît, plusieurs étaient homonymes. Il en résulte que le nombre de patronymes québécois francophones aujourd'hui est très petit par rapport à la France: quelques milliers ici, des centaines de milliers en France. Tout s'est joué dans les premiers siècles de peuplement. La distribution des patronymes de baptisés les plus fréquents avant 1800 montre que 37 patronymes comptent plus de 1000 baptisés, 150 plus de 500 et 962 plus de 100. Les quinze noms les plus fréquents regroupent plus de 28 000 individus, et 1 400 noms à peine suffisent pour couvrir près de 95% de tous les individus nés dans la colonie avant 1800. Le tableau suivant donne la liste des cinquante noms les plus fréquents; on trouve en haut de la liste, sans surprise, les noms correspondant aux premiers immigrants ou aux souches homonymes les plus fréquentes:

RangPatronymeFréq.RangPatronymeFréq.
1Roy306826Ouellet1141
2Gauthier233027Pépin1125
3Gagnon232928Richard1100
4Lefebvre215829Hébert1100
5Morin209630Dubois1067
6Boucher191131Fortin1046
7Côté184632Lévesque1044
8Bélanger177833Cloutier1042
9Pelletier176234Gosselin1033
10Paquet168435Martel1012
11Gagné163636Vallée1010
12Martin152737Charbonneau1007
13Parent150538Archambault996
14Leclerc150539Allard996
15Langlois145740Bouchard970
16Renaud145541Tessier966
17Fournier140842Robert960
18Caron136943Beaudouin958
19Tremblay134044Petit953
20Perrault128445Proulx943
21Thibault122746Houde931
22Demers121647Dupuy916
23Girard117548Fortier911
24Giroux117149Leduc908
25Ménard114450Bédard900

Il y a un nom dont vous aimeriez connaître la fréquence et le rang chez les baptisés des XVIIe et XVIIIe siècles?
Inscrivez-le(sans accent).